Hiver 1963, quand le grand froid paralysa le football anglais

Tous les Anglais se souviennent de l’hiver 1963. Cette année là, le pays est paralysé par la neige, le gel et des températures avoisinant les -20 degrés pendant des jours. Le football anglais n’échappe pas au chaos. Le bon déroulement de la FA Cup va même devenir un casse-tête avec pas moins de 261 reports de matches !

Quand les rivières se transforment en glaciers et que la mer parvient à se figer, c’est que les températures sont vraiment trop basses pour jouer au football. Peu après le boxing day, le 26 décembre 1962, un grand froid s’abat sur la Grande-Bretagne.

La neige tombe en quantité et des vents polaires viennent glacer les terres.

Le mois de janvier 1963 est le plus froid du 20e siècle en Angleterre. Le 5 janvier, les 32e de finale de la FA Cup débutent. Problème, de nombreux stades sont recouverts de neige et le sol est gelé est profondeur.

C’est le début du bal des reports. Le match entre Lincoln et Coventry est reporté à 15 reprises. La moitié des rencontres de ce 3e tour de la Coupe anglaise l’est également au moins à 10 reprises. Le football est paralysé.

Les propriétaires des clubs sont inquiets. S’il n’y a pas de matches, il n’y a pas de recettes et l’argent commence à manquer. Certains dirigeants multiplient les prêts auprès des banques. Ceux de Halifax sont plus malins. Le terrain devient une patinoire géante et surtout payante.

Pour occuper les week-ends, certains clubs organisent des matches à l’étranger. Le temps y est plus clément. Des rencontres sont ainsi disputées à Malte et en Irlande. Chelsea et Manchester United font partie de ces équipes délocalisées pour maintenir les joueurs en forme.

Pendant ce temps, toutes les tentatives pour dégeler et déneiger les terrains sont vaines. A Blackpool, ils s’essayent aux lance-flammes. Des tracteurs spéciaux sont dépêchés mais rien n’y fait. Le football anglais est congelé.

La fédération anglaise décide alors de faire jouer des matches de la Coupe d’Angleterre sur des terrains neutres s’ils sont en capacité d’accueillir une rencontre de football.

Début mars, les terrains sont toujours enneigés et gelés en profondeur. Il faut attendre encore quelques jours pour voir les conditions s’améliorer. Finalement, le 11 mars, le dernier match des 32e de finale de la FA Cup est disputé, 66 jours après le premier.

Ces conditions climatiques n’auront pas fait que des malheureux, raconte le défenseur de Fulham, George Cohen au Guardian. Relégable au moment du fameux « Big freeze », l’équipe londonienne profite de la trêve pour se refaire une santé et parvient à se maintenir après 13 semaines sans défaite.

La finale de la FA Cup se dispute le 25 mai avec plus de trois semaines de retard sur le calendrier. Pour tenir des délais acceptables, les matches se sont enchaînés frénétiquement.

Manchester United bat Leicester 3-1 dans ce qui restera l’édition de la coupe d’Angleterre la plus rocambolesque, la plus longue et la plus froide de l’Histoire.