Foot allemand

L’arbitre qui aimait un peu trop la bière

Chaque pays a son arbitre élevé au rang de légende. En France, Robert Wurtz reste dans toutes les consciences grâce à son arbitrage théâtral et sa bonhomie appréciée de tous.

En Allemagne, l’un des arbitres les plus connus demeure encore aujourd’hui Wolf-Dieter Ahlenfelder. Il dirigeait des rencontres de Bundesliga dans les années 70 et 80. Il n’était pas un incontournable du sifflet puisqu’il arbitrait en moyenne à peine 10 rencontres par an.

Cela ne l’a pas empêché de recevoir le prix d’arbitre de l’année par la fédération allemande à l’issue de la saison 1983-1984, bien que la DFB n’appréciait pas toujours son comportement.

Il faut dire que neuf ans plus tôt, Ahlenfelder avait fait la Une des journaux et mis la fédération dans l’embarras.

La scène se passe lors de la rencontre entre le Werder Brême et Hanovre le 8 novembre 1975. Les deux équipes entrent sur le terrain et après la traditionnelle cérémonie protocolaire, le match peut débuter au coup de sifflet de l’arbitre.

Rapidement, un élément vient perturber les joueurs. Après un premier coup de sifflet, puis deux, puis trois, les 22 acteurs ont l’impression que l’arbitre n’est pas dans son état normal. Il est particulièrement hésitant et aussi très excité.

La première impression laisse vite sa place à un sentiment de gêne totale. On joue la 32e minute de jeu et l’homme en noir décide…. de siffler la mi-temps.

Un de ses assistants se précipite et lui annonce qu’il reste encore 13 minutes à jouer et qu’il faut donc reprendre le cours de la première période.

Le jeu reprend, la mi-temps passe, la deuxième période également sans encombre, jusqu’à la 89e minute. Ahlenfelder, sans doute pressé d’en terminer, siffle la fin de la rencontre. Cette fois-ci, personne ne dit rien, et les joueurs rentrent au vestiaire avec quelques minutes d’avance.

Rapidement, ils évoquent le comportement suspect de l’homme en noir, qu’ils accusent d’être totalement ivre.

Mis en cause, Ahlenfelder explique qu’il a accompagné son repas d’avant match, d’une bière et d’une boisson de malt, et que par conséquence, il n’était absolument pas saoul.

Le président du Werder Brême, Franz Böhmert, explique après la rencontre que « le club aurait dû faire payer les billets plus chers aux spectateurs pour assister au show de l’arbitre ».

La fédération allemande essaye tant bien que mal de garder la face et annonce qu’ Ahlenfelder a pris froid avant le match. Il a donc bu un sirop qui contenait un peu d’alcool en conséquence. Trois semaines plus tard, malgré cette mésaventure, il arbitre une nouvelle rencontre de Bundesliga.

Aujourd’hui, dans certains bars de Brême, quand vous commandez une bière plus une boisson de malt, vous ne détaillez pas votre commande mais annoncez simplement vouloir une Ahlenfelder. Voilà comment un arbitre est entré dans la légende du foot allemand et pas forcément pour les bonnes raisons.